Florence Darignac, auteure, écrivaine publique

Mes coups de coeur

Au coeur de mes poèmes

 

La lumière fut !

Coupure générale,
Sûrement je râle,
Plus de chauffage,
Je m’énerve, je rage.
Pas d’accès internet !
Comment je me connecte ?
Mes dossiers sont bien rangés,
Classés sur ma clé USB, protégés
Baisse d’énergie, plus d’électricité,
Mon ordinateur n’est pas alimenté.
Sans micro, je ne peux travailler,
Je mets du bois dans le foyer,
Allume un feu de cheminée.
Il s’embrase, flamboie,
De joie, Oxmo aboie.
Il se blottit contre moi
Pour apaiser mon émoi.
Avec douceur, je le caresse,
Prends ma plume de poétesse,
Fais appel à ma mémoire active
Et soudain ma flamme se ravive.
Mes mots se posent, encrent le papier,
Le temps d’une pause je les ancre au cahier.

Le 21 novembre 2019

 

Beauté illusoire

Éclatante beauté illusoire
D’un monde sans miroir
Sans tain ni fond noir
Que l’Âme peut voir.
Belle courtisane,
La beauté se pavane
Aujourd’hui, elle crâne
Doutant qu’elle ne fane.
Pourtant par un jour gris,
La voici vieillie, flétrie…
Désenchantée, aigrie,
Elle n’est que mépris.
Produits chimériques,
Chirurgie esthétique,
Une vie synthétique,
C’en est pathétique !
Son cœur s’est enfermé,
Mais comment donc aimer ?
Elle qui a toujours essaimé
Et délaissé son bien-aimé.
Alors la grâce est apparue,
Dans la lumière d’une rue.
La beauté ne l’aurait pas cru
Mais son amour a disparu.
Elle ne peut pas faire face
À tant de naturel, de grâce.
Elle pressent la menace,
Ainsi la beauté s’efface.
Ô cruelle déception amère,
Les amants épris s’en allèrent.
Si la beauté n’est qu’éphémère,
Sûrement pas l’amour d’un être cher.
Le 25 février 2019



Lors du concours de poésie organisé par l'association du Ministere De La Poesie et Corrèze EnLigne.
Le jury a récompensé mon poème « Beauté illusoire »  
- Coup de cœur pour la poésie écrite
- 1er prix ex æquo pour la poésie déclamée

 

Aujourd’hui se ferment vos paupières,
Vous partez vers de nouvelles frontières.
L’inconnu pour vous n’est pas une barrière,
Vous avez toujours fait face durant votre carrière.
Un parcours, une existence sans œillères,
C’est avec prestance et caractère
Que vous avez su nous plaire.
Conteur extraordinaire,
D’un timbre fort et clair
Votre voix est légendaire.
C’est ainsi que votre vie entière
Elle a retenti dans les chaumières,
Demain encore, elle nous sera familière.
Des dits aux écrits, il y a toujours matière
Dont vous seul aviez le don et la manière,
Envoûtés de suspense et de mystère.
Bienveillant et Maître hors pair,
Sans ne jamais vous soustraire
Aux sollicitations étrangères,
Votre nom vous avez offert.
De vos mots je suis fière,
Vous belle Âme hospitalière
Qui m’avez ouvert votre porte hier.
À présent, mes pensées, mes prières,
Vous guident vers la lumière.
Merci à vous Cher Pierre.
Le 28 mai 2018

 

Ode aux Femmes du Monde

Muse, amante, créature,
Femme-enfant ou mature,
Tu es le lien avec la nature,
L’aurore des temps futurs !
Belle-de-nuit, belle-de-jour,
Toi, douce Fée de l’amour,
Ne vis pas à contre-jour,
La vérité se fera jour.
Tu es l’Iris de la vie,
L’oasis de l’envie.
Le monde tu ravis,
À la Paix tu le convies.
L’homme est ton allié,
Sur notre sol hospitalier,
Chacun mérite d’être médaillé,
Tentons de nous égayer. 
 Tes pouvoirs illimités,
Par ta grâce, ta féminité,
Ton audace, à l’unanimité,
Font de toi une Divinité !
Le 8 mars 2018

 

Le bonheur

Tu as parcouru des chemins,
Traversé des ponts vers des lendemains.
Tu as connu des peines, des tourments,
Des joies, l’amour et le serment.
Tu as passé du bon temps,
Tu as su prendre le temps,
Malgré une vie de labeur,
Tu as su trouver le bonheur.
Tu l’as cultivé tel un jardin de fleurs
Pour embaumer notre vie  de valeurs.
Toi Méme, notre Reine d’honneur,
Tu es notre porte-bonheur.

Mais il est où le bonheur ? Mais il est où le bonheur ?
Il est là dans nos cœurs, il est là dans vos cœurs.
C’est une bougie le bonheur,
Il est si fragile le bonheur.
Pour en préserver sa lueur,
Gardons-le dans nos cœurs !
Mais il est où le bonheur ? Mais il est où le bonheur ?
Il est là dans nos cœurs, il est là dans vos cœurs.
Le 6 juin 2016

 

En ménage,
50 ans de mariage,
Bravo ! Quel courage,
Et quel remue-ménage !
Il faut bien une vie de Sage,
Pour trouver le bon dosage !
L’amour est un maître-mot,
Il se bénit aux  Rameaux.
Telle la perle de culture,
Il est naturel et pur,
Il ne vit pas en cage,
Ni dans un coquillage.
Il est un cocktail de fruits
Dont nous avons l’usufruit.
Des fruits rouges à la passion,
À consommer sans modération,
Une larme de querelle, d’engueulade,
Au goût sucré et acidulé de la grenade,
Quelques frissons, un peu de limonade,
Des glaçons pilés et de la citronnade,
Plus  une bonne dose de rigolade.
Il se consomme même en balade,
Ici, à la montagne, à la campagne,
Quelques bulles de champagne,
Qui vous libèrent, vous enivrent
Vous givrent et vous délivrent.
Il faut l’agiter chaque jour
Pour qu’il brille toujours,
L’amour est un génie,
Il est un cadeau béni.
Le 26 août 2016